Critique d’art de Caroline Canault

http://canolinecritiks.blogspot.fr/2016/08/emeric-jacob-sculpteur-ecologique_23.html


Il a grandi sur les rives de la méditerranée avec la passion de la mer et de ses
rejets. Des déchets en tout genre que le grand bleu ne veut plus et régurgite
sans fin.
« Depuis mon
enfance, comme les pilleurs d’épave, j’ai toujours parcouru les plages après
les tempêtes. »
Emeric Jacob est un éco-artiste. 

Ses installations créent le dialogue et la
confrontation entre des matériaux inertes. Ce sont des rebuts, écumes de la
société de consommation. A
la manière d’un naturaliste qui ramasse ses spécimens, Emeric Jacob récolte des
éléments plastiques, métalliques ou de bois qu’il choisit pour leur force
graphique sur les zones naturelles préservées.

Ces fragments de vie emplis de banalité sont ensuite nettoyés,
rangés, triés puis distribués dans des cages métalliques sphériques et mis à
l’épreuve d’une réalité nouvelle.
Ces dispositifs ronds offrent une liberté de circulation
inédite des éléments qui semblent avoir mutés, avoir été transformés à la
manière d’un aliment intégré par le système digestif, telle une lente ou rapide
dégradation formelle.

Des tiges en inox viennent transpercer de part en part, liant
ainsi les objets les uns aux autres. Chaque série de sculptures est capturée
par la photo sur le site de ramassage.
Du vide au plein, du rien à l’accumulation ces œuvres
sont une palette colorée de goût de de dégoût, une extériorisation subtile des
émotions de l’artiste.


Emeric Jacob pose un regard
curieux sur le monde, en quête du devenir des choses.
« En
2014, une tempête a laissé les plages de ma région recouvertes de déchets.
Cette scène m’a inspirée certaines œuvres, qui donnent à voir, à tous, les
conséquences de la société de consommation sur la mer méditerranée et plus
généralement sur l’environnement ».


Avec ses sculptures qu’il nomme
« créatures »  créations rejetées par la nature, il ne s’agit pas de
laisser le déchet pour compte. Il est recyclé, transposé, régénéré, participant
à un nouvel ordre, un climat artificiel. Son sens originel n’est pas évacué, au
contraire, il interroge dans sa capacité à générer un système polluant.Ces injonctions dans l’espace
témoignent de l’attachement de l’artiste pour la nature, un laboratoire
envisagé comme un lieu de relecture, de contamination possible.
Dans
ses actions performatives, Emeric Jacob marche dans les pas d’un explorateur
qui prend avec poésie et humour le contrepied des déterminismes du monde qui
l’entoure. Sa vision
systémique transforme la conception esthétique et paysagère d’une « belle »
nature. Elle pose la question d’une « bonne » nature, écologiquement viable et
support d’un monde souhaitable. 

Une certaine harmonie
expérimentale se dégage de ses œuvres provoquant des sentiments tout aussi
réjouissants que méditatifs. Une véritable célébration du réel dans ce qu’il a
de beau et de dérangeant à la fois. Emeric Jacob a cette source d’inspiration, d’anticipation, d’alerte, de changement et de
résilience ; une ressource fondamentale et inépuisable pour accompagner la
transition écologique.



Exposition “Les créatures émergentes”

“Les créatures émergentes” s’exposent cet été à Palavas-les-flots.

Sculptures
et installation sonore en collaboration avec le compositeur d’électroacoustique
Rui Emmanuel Candeias.

Le sculpteur Emeric
JACOB présente au musée Jean-Aristide Rudel de Palavas-les-flots plus de
quarante sculptures du 1er Juillet 2016 au 31 Aout 2016. Ces
assemblages nommés par l’artiste “créatures émergentes” sont le fruit
d’un travail réalisé durant plus d’un an sur divers sites de la côte
méditerranéenne.


L’exposition comprend une installation sonore réalisée en collaboration avec le compositeur de pièces
électroacoustiques
Rui Emmanuel Candeias
. Les sons issus des éléments constituant
les œuvres, créent une atmosphère étrange. Le visiteur s’intègre alors à une
“discussion” singulière entres les créatures.

Passionné par la
sculpture, les voyages et la mer Emeric JACOB nous invite à découvrir dans la
ville où il a grandi, un travail lui tenant particulièrement à cœur. Cette
exposition parle entre autres de notre relation avec la nature, de nos modes de
vies, et de la méditerranée…

Ingénieur pendant plus
de 12 ans, engagé dans le secteur de la construction d’infrastructure d’énergie
renouvelable, il utilise aujourd’hui la force graphique des objets et une
technique d’assemblage unique pour créer ses sculptures.

Musée Jean-Aristide Rudel : 533 Avenue de l’Évêché de Maguelone, 34250
Palavas-les-Flots

  • Ouverture du 1er Juillet au 31 Aout tous les
    jours de 10 à 13h et de 16h à 20h
  • Ouverture aux associations et scolaires sur rendez-vous du
    20 au 30 juin et du 1er septembre au 17 septembre.
Using Format